Tragédie & Comédie au XVII° (Théâtre 2°)

Etymologie du mot Théâtre : theatron, du verbe grec theomai, “voir”

Petite histoire du théâtre

Le théâtre de l'Antiquité à nos jours...

 Mouvements litteraires et artistiques

Le Baroque

Un mouvement en mouvement...

Classicisme

Recherche de perfection...

L’art d’analyser un texte theatral

L'Art d'analyser un texte théâtral

La question de la mise en scene

Mettre en scène

Vocabulaire du théâtre

Le contexte historique en bref…

Lectures analytiques : Tragédie & Comédie au XVII°

1. Racine , Phèdre,(1677) Acte I, sc 1

Lecture analytique, contextes...

2. Racine , Phèdre,(1677) Acte I, sc 3

Lecture analytique, contextes...

3. Corneille, La place royale, 1636 Acte I, scène 4

Lecture analytique, contextes...

4. Corneille, La Place royale, Acte V, scène 7

Lecture analytique, contextes...

Oeuvre cursive : Corneille, La Place royale, 1636

Corneille, La Place royale, oeuvre cursive

Contextes, personnages, analyses...

Documents complémentaires

L’art dramatique et le classicisme

 

Texte 1 : Boileau – Œuvres poétiques/L’Art poétique

 

CHANT III[1].

 

Il n’est point de serpent, ni de monstre odieux.

Qui, par l’art imité, ne puisse plaire aux yeux :

D’un pinceau délicat l’artifice agréable

Du plus affreux objet fait un objet aimable.

Ainsi, pour nous charmer, la Tragédie en pleurs

D’Œdipe tout sanglant fit parler les douleurs,

D’Oreste parricide exprima les alarmes,

Et, pour nous divertir, nous arracha des larmes[2].

Vous donc qui, d’un beau feu pour le théâtre épris,

Venez en vers pompeux y disputer le prix,

Voulez-vous sur la scène étaler des ouvrages

Où tout Paris en foule apporte ses suffrages,

Et qui, toujours plus beaux, plus ils sont regardés,

Soient au bout de vingt ans encor redemandés ?

Que dans tous vos discours la passion émue

Aille chercher le cœur, l’échauffe et le remue.

Si d’un beau mouvement l’agréable fureur

Souvent ne nous remplit d’une douce terreur,

Ou n’excite en notre âme une pitié charmante.

En vain vous étalez une scène savante :

Vos froids raisonnemens ne feront qu’attiédir

Un spectateur toujours paresseux d’applaudir,

Et qui, des vains efforts de votre rhétorique

Justement fatigué, s’endort, ou vous critique

Le secret est d’abord de plaire et de toucher

Inventez des ressorts qui puissent m’attacber.

Que dès les premiers vers l’action préparée

Sans peine du sujet aplanisse l’entrée.

Je me ris d’un acteur qui, lent à s’exprimer,

De ce qu’il veut, d’abord, ne sait pas m’informer ;

Et qui, débrouillant mal une pénible intrigue,

D’un divertissement me fait une fatigue.

J ’aimerois mieux encor qu’il déclinât son nom ,

Et dît : « Je suis Oreste, ou bien Agamemnon, »

Que d’aller, par un tas de confuses merveilles,

Sans rien dire à l’esprit, étourdir les oreilles :

Le sujet n’est jamais assez tôt expliqué.

Que le lieu de la scène y soit fixe et marqué.

Un rimeur, sans péril, delà les Pyrénées[3],

Sur la scène en un jour renferme des années :

Là souvent le héros d’un spectacle grossier,

Enfant au premier acte, est barbon au dernier.

Mais nous, que la raison à ses règles engage,

Nous voulons qu’avec art l’action se ménage ;

Qu’en un lieu, qu’en un jour, un seul fait accompli

Tienne jusqu’à la fin le théâtre rempli.

Jamais au spectateur n’offrez rien d’incroyable :

Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable.

Une merveille absurde est pour moi sans appas :

L’esprit n’est point ému de ce qu’il ne croit pas.

Ce qu’on ne doit point voir, qu’un récit nous l’expose :

Les yeux en le voyant saisiroient mieux la chose ;

Mais il est des objets que l’art judicieux

Doit offrir à l’oreille et reculer des yeux.

Que le trouble, toujours croissant de scène en scène,

A son comble arrivé se débrouille sans peine.

****

 

Préface

« Je prétends qu’il faut désormais faire des tragédies pour nous, jeunes raisonneurs, sérieux et un peu envieux, de l’an de grâce 1823. Ces tragédies-là doivent être en prose. De nos jours, le vers alexandrin n’est le plus souvent qu’un cache-sottise. »

 

 

Chapitre premier

Pour faire des Tragédies qui puissent intéresser le public en 1823 faut-il suivre les errements de Racine ou ceux de Shakespeare ?

« Je m’adresse sans crainte à cette jeunesse égarée, qui a cru faire du patriotisme et de l’honneur national en sifflant Shakespeare, parce qu’il fut Anglais. Comme je suis rempli d’estime pour des jeunes gens laborieux, l’espoir de la France, je leur parlerai le langage sévère de la vérité.

Toute la dispute entre Racine et Shakespeare se réduit à savoir si, en observant les deux unités de lieu et de temps, on peut faire des pièces qui intéressent vivement des spectateurs du dix-neuvième siècle, des pièces qui les fassent pleurer et frémir, ou, en d’autres termes, qui leur donnent des plaisirs dramatiques, au lieu des plaisirs épiques […].

Je dis que l’observation des deux unités de lieu et de temps est une habitude française, habitude profondément enracinée, habitude dont nous nous déferons difficilement, parce que Paris est le salon de l’Europe, et lui donne le ton mais je dis que ces unités ne sont nullement nécessaires à produire l’émotion profonde et le véritable effet dramatique. »

 

 

 

Vous prendrez bien un …petit quiz ?

Séance d’entrainement à l’EAF

INVENTION (Théâtre)

Entrainement E.A.F