Methodologie INVENTION

Texte officiel

L’écriture d’invention prend appui sur un ou des textes du corpus : l’exercice impose donc une lecture approfondie de ces textes.
Les sujets d’invention proposent en effet un certain nombre de contraintes.

Le candidat doit rédiger un texte qui obéisse à une situation de communication où il se voit imposer :

– un énonciateur (scripteur) dont on précise le plus souvent quelques caractéristiques (il aime ou il n’aime pas la poésie ; il partage tel point de vue ; il est enthousiaste ou indigné) ;
– un destinataire souvent identifié ;
– un support et/ou une forme liée à un genre : article de journal, journal intime, lettre de
lecteur, lettre intime, scène d’exposition, dialogue…;
– un objet ou thème de réflexion, lié à l’objet d’étude ;

Type de sujets

Le sujet a toujours un rapport avec l’objet d’étude proposé par le  corpus.

Lecture du sujet

Tous les mots du sujet sont importants. Lisez-le plusieurs fois et soulignez les mots-clés.  
Vous devez pouvoir répondre clairement aux questions ci-dessous :

  • Que me demande-t-on de faire ?
  • Quel type de texte faut-il produire ?
  • Qui est l’émetteur et qui est le destinataire ?
  • Quel est le thème ? 
  • Quel est le problème qui se pose par rapport à ce thème ?
  • Quel registre doit apparaître ?
  • Quel est l’effet à produire ? 

Si vous choisissez le sujet d’invention, vous devez :

  • Connaître les codes du texte qu’on vous demande de produire. (Monologue, article, journal…)
    Identifier la situation d’énonciation (Qui parle à qui ?)
  • Identifier et utiliser le registre demandé (Tragique, satirique, comique…)
  • Etre capable de rédiger dans une langue soignée tant sur le plan de la syntaxe que de l’orthographe
  • Adapter votre vocabulaire et le niveau de langue (langue soutenue, courante ou familière)  au sujet.
  • Soigner votre mise en page


Le travail d’écriture proprement dit

  • Élaborez un plan détaillé
  • Ne rédigez la totalité de votre devoir au brouillon, vous perdriez trop de temps.
  • Elaborez un schéma détaillé au brouillon, en indiquant ce que chaque partie devra contenir.

 

Exemples de sujet

O.E Argumentation

Vous êtes un objet cher à votre propriétaire. Après vous être présenté, vous dénoncez la manière dont il vous traite et vous utilise. 
Votre texte sera structuré autour d’arguments précis et illustrés qui ouvriront sur une réflexion de portée générale (maxime, sentence, morale…).

 

 

O.E Théâtre

Un metteur en scène doit choisir dans le texte A ou le texte B un passage pour faire jouer à ses comédiens une scène de conflit. Il leur explique son choix et les idées de mise en scène que ce passage lui inspire. L’un des comédiens propose le choix d’un autre passage du texte A ou du texte B et le justifie par les possibilités de mise en scène qu’il offre. Vous rédigerez leur discussion en quelques répliques de dialogue. Vous veillerez à ce que ces répliques soient suffisamment développées (de trois à six  environ) pour la totalité du dialogue.

 

 O.E Roman
Dans le texte de Marc Dugain (texte D), le héros ne s’est pas encore vu car les miroirs ont été retirés de la salle où il est soigné. Un matin, il se voit dans le reflet d’une fenêtre.

Imaginez la scène, ce qu’il découvre, les émotions qu’il ressent et les pensées qui l’assaillent au fur et à mesure d’une telle révélation. Votre texte, rédigé à la première personne, comportera au moins une quarantaine de lignes.

O.E Poésie

 À la manière des auteurs du corpus mais sans pour autant faire des vers, vous choisirez de décrire un objet du quotidien ou une chose habituellement considérée comme banale. Votre description aura pour but de lui donner une dimension poétique. Vous insisterez sur ses caractéristiques capables de susciter la rêverie.
Vous veillerez, si vous choisissez un lieu, à ne pas en permettre l’identification précise. 
Vous veillerez également à ce que votre texte ait une longueur suffisante.

O.E Argumentation

Vous êtes un objet cher à votre propriétaire. Après vous être présenté, vous dénoncez la manière dont il vous traite et vous utilise. 
Votre texte sera structuré autour d’arguments précis et illustrés qui ouvriront sur une réflexion de portée générale (maxime, sentence, morale…).

 

SUJET d’ENTRAINEMENT

Objet d’Etude : Théâtre et représentation

  • Dans le texte C, la confrontation entre Hémon et Créon au pied du cadavre d’Antigone est l’objet d’un récit.
    Ecrivez la scène qui correspond à ce récit.
    Vous composerez un texte théâtral incluant des didascalies susceptibles d’éclairer sa mise en scène avec précision. Vous soulignerez vos didascalies pour les différencier du reste du texte.
    Vous ne signerez pas votre texte.

Texte 3 : Jean Anouilh,Antigone, 1946.

[Antigone est une jeune fille qui osa braver l’interdit de la cité de Thèbes pour donner les honneurs funèbres à son frère Polynice. En effet, ce dernier, considéré comme un renégat, puisqu’il s’était dressé contre sa propre cité avec des alliés armés, devait, une fois mort, voir son cadavre pourrir au soleil, selon l’ordre du roi Créon. Le geste courageux d’Antigone sera suivi d’un châtiment exemplaire : Créon ordonne que la jeune fille soit emmurée vivante. A la fin de la pièce, le Messager annonce la mort d’Antigone.]

 

LE MESSAGER – Une terrible nouvelle. On venait de jeter Antigone dans son trou. On n’avait pas encore fini de rouler les derniers blocs de pierre lorsque Créon et tous ceux qui l’entourent entendent des plaintes qui sortent soudain du tombeau. Chacun se tait et écoute, car ce n’est pas la voix d’Antigone. C’est une plainte nouvelle qui sort des profondeurs du trou… Tous regardent Créon, et lui qui a deviné le premier, lui qui sait déjà avant tous les autres, hurle soudain comme un fou : « Enlevez les pierres ! Enlevez les pierres ! » Les esclaves se jettent sur les blocs entassés et, parmi eux, le roi suant, dont les mains saignent. Les pierres bougent enfin et le plus mince se glisse dans l’ouverture. Antigone est au fond de la tombe pendue aux fils de sa ceinture, des fils bleus, des fils verts, des fils rouges qui lui font comme un collier d’enfant, et Hémon1à genoux qui la tient dans ses bras et gémit, le visage enfoui dans sa robe. On bouge un bloc encore et Créon peut enfin descendre. On voit ses cheveux blancs dans l’ombre, au fond du trou. Il essaie de relever Hémon, il le supplie. Hémon ne l’entend pas. Puis soudain il se dresse, les yeux noirs, et il n’a jamais tant ressemblé au petit garçon d’autrefois, il regarde son père sans rien dire, une minute, et, tout à coup, il lui crache au visage, et tire son épée. Créon a bondi hors de portée. Alors Hémon le regarde avec ses yeux d’enfant, lourds de mépris, et Créon ne peut pas éviter ce regard comme la lame. Hémon regarde ce vieil homme tremblant à l’autre bout de la caverne et, sans rien dire, il se plonge l’épée dans le ventre et il s’étend contre Antigone, l’embrassant dans une immense flaque rouge.

 

  1. Hémon est le fils de Créon et le fiancé d’Antigone.